8 octobre 2017

Mon Boss m'étouffe


« Tu sais mon ami, je n’aime pas mon patron ! J’étouffe en le voyant à mes côtés », des propos qui paraissent étonnantes malgré le fait que je les entends presque tous les jours ! A un certain moment, on croit que les collaborateurs se plaignent pour se plaindre. Mais si on réfléchit bien, on trouve que les managers contribuent énormément à créer ce sentiment de frustration.  Steve JOBS a dit : « Je ne recrute pas les personnes intelligentes pour leurs dire comment faire leurs boulots », un leader visionnaire qui comprend le vrai sens du management !
C’est cette autonomie dont a besoin votre collaborateur cher leader. Parfois, un manager croit bien faire en assistant dans chaque étape de l’exécution son collaborateur sans lui laisser aucune marge de manœuvre et de décision. Ceci va créer une frustration chez le collaborateur puisqu’il se sentira trop assisté et traiter comme un novice. Chaque personne a besoin d’avoir ce sentiment d’indépendance pour donner un vrai sens à son métier. Si on compare la situation aux émissions de téléréalités, en observant le comportement des participants conscients qu’ils sont filmés 24 sur 24 et 7 sur 7, ils deviennent peu à peu nerveux et maladroits. C’est cette surveillance permanente qui crée ce sentiment d’étouffement. De même pour le collaborateur, il veut parfois se sentir libre de faire les choses avec ses propres méthodes et de prendre des décisions. A part le fait que la surveillance dérange, superviser le moindre détail pourrait révéler un manque de confiance. Ceci impactera automatiquement la psychologie de la personne, il va perdre confiance en lui-même et aussi en son patron. Cet estime de soi est très importante pour l’être humain pour pouvoir se confirmer au niveau de la famille, de la société et surtout au niveau de l’entourage professionnel. Essayer de délimiter les champs d’action de chaque membre de votre équipe pourrait aider énormément à créer une harmonie et une dynamique de groupe assez intéressante. Ayez confiance en leurs potentiels et limiter votre interventionnisme fréquent pour libérer la place pour la créativité et l’innovation. Ne soyez pas un leader harcelant mais soyez plutôt motivant et reconnaissant. Votre équipe suivra si vous lui laisser une marge de liberté opérationnelle qui donnera un nouvel élan à l’entreprise. Enfin, gardez en tête que l’autonomie du collaborateur est l’un des secrets des grands leaders. 
Partager: